Titres à revenu fixe mondiaux sans restriction – Réponse aux préoccupations courantes

Titres à revenu fixe | 16 juillet 2018

Daniel Janis, est gestionnaire de portefeuille principal de Gestion d’actifs Manuvie. Il est basé à Boston.
Thomas Goggins, Senior Portfolio Manager, Global Multi-Sector Fixed Income
Christopher Smith, Director, Portfolio Specialist

Icon 1

Introduction

Les sept à huit dernières années ont été marquées par une faiblesse extrême et durable des taux d’intérêt, attribuable à une lente reprise mondiale et à une intervention sans précédent des banques centrales par voie d’assouplissement quantitatif. À mesure que l’année 2018 avance, de plus en plus de banques centrales semblent prêtes à emboîter le pas aux États-Unis et à amorcer la phase de normalisation de leur politique monétaire en réduisant leurs achats d’obligations, en allégeant leurs bilans ou, dans certains cas, en relevant leurs taux directeurs à court terme.

La suppression ou la réduction de ces mesures de détente exacerbe les risques de faux pas monétaire et d’intensification de la volatilité à mesure que les marchés voient refluer les liquidités. La situation incite bon nombre d’investisseurs en titres à revenu fixe à revoir leurs stratégies de placement afin de structurer au mieux leurs portefeuilles en vue d’une conjoncture très particulière. Deux grandes questions se posent toujours pour ces investisseurs :

1. Comment dégager un rendement supplémentaire lorsque les taux d’intérêt sont faibles ou orientés à la hausse?
2. Comment procéder sans s’exposer à un risque excessif de volatilité ou de dépréciation?

Dans le passé, les investisseurs ont pu compter sur des stratégies axées sur les titres à revenu fixe nationaux de haute qualité qui offraient des rendements concurrentiels moyennant une faible volatilité et qui permettaient de contrebalancer efficacement le risque des actions. Compte tenu de la relation actuelle entre les faibles taux obligataires et les durations d’autant plus longues des indices généraux du marché, comme les indices obligataires Bloomberg Barclays U.S. Aggregate ou Global Aggregate, il ne faut pas s’attendre à ce que ces stratégies procurent le même profil de rendement à l’avenir. Bien qu’il demeure important de maintenir un palier de diversification pour atténuer le risque des actions, sachant que les obligations d’État mondiales rapportent en moyenne 2 %, les investisseurs auront sans doute du mal à atteindre leurs objectifs de rendement globaux, qui tournent généralement autour de 6 à 8 %.1

Indices des obligations d’État des marchés développés – Rendement minimum (%)

Indices des obligations d’État des marchés développés – Rendement minimum (%)
Source : Bloomberg, 15 mai 2018.

L’essor des stratégies « sans restriction »

Face aux difficultés actuelles que présentent les placements en titres à revenu fixe, bon nombre d’investisseurs remodèlent leurs portefeuilles de titres à revenu fixe en élaguant leurs actifs de base traditionnels de qualité supérieure au profit de stratégies de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction. Par nature, ces stratégies ne sont liées à aucun indice de référence, l’objectif étant de trouver les pays, les secteurs et les monnaies qui se comportent le mieux à l’échelle des titres à revenu fixe mondiaux. Comme en témoigne le graphique ci-dessous, les actifs gérés selon ces stratégies et le nombre de gestionnaires offrant des stratégies sans restriction ont connu un essor rapide au cours des dix dernières années. La valeur combinée des actifs gérés dans les univers de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction et de titres à revenu fixe multisectoriels mondiaux d’eVestment est passée de 116 milliards de dollars américains en 2009 à près de 900 milliards de dollars américains à la fin de 2017.2

D’un point de vue tant théorique que pragmatique, cette approche dite « nouvelle » des titres à revenu fixe est censée. En ajoutant un volet « sans restriction » à leur portefeuille, les investisseurs ont la possibilité d’améliorer leur profil de rendement, de se protéger contre la hausse des taux d’intérêt et de diversifier leurs placements en titres à revenu fixe. Cependant, ceux qui n’ont pas encore sauté le pas pourraient encore hésiter sur la façon d’appliquer et d’évaluer de telles stratégies « sans restriction ». Le présent article vise à répondre à leurs préoccupations.

Univers combiné des titres à revenu fixe mondiaux sans restriction et
multisectoriels d’eVestment – Total de l’actif géré

Univers combiné des titres à revenu fixe mondiaux sans restriction et multisectoriels d’eVestment – Total de l’actif géré
Source: eVestment, décembre 2017.
Icon 2

PREMIÈRE PARTIE :

Enrichissement de la panoplie des répartiteurs d’actifs

Àl’instar des gestionnaires de titres à revenu fixe mondiaux « sans restriction », les répartiteurs d’actifs (p. ex. chefs des placements ou comités des placements de régimes de retraite publics ou privés, de fondations ou de fonds de dotation) s’appliquent notamment à repérer les catégories d’actif (ou secteurs) les plus performantes, au moyen d’un processus descendant, afin de les surpondérer, tout en évitant ou en sous-pondérant les catégories (ou secteurs) les moins performantes. Traditionnellement, les répartiteurs d’actifs recourent à deux méthodes pour s’engager dans divers soussecteurs du marché des titres à revenu fixe, comme les obligations de sociétés à rendement élevé ou les titres de créance des marchés émergents :

1. ils investissent directement dans des stratégies ciblant des sous-secteurs; ou
2. ils s’engagent dans ces secteurs offrant un « plus » par l’intermédiaire d’une stratégie « de base Plus ».

Les répartiteurs d’actifs craignent les chevauchements que risquent de créer les volets en titres à revenu fixe mondiaux sans restriction sur les marchés des titres de créance ou des obligations étrangères.

Certes, l’ajout d’un tel volet à un portefeuille existant de stratégies ciblant certains sous-secteurs peut surpondérer certains secteurs à l’occasion, mais il ne faut pas négliger les avantages distinctifs qu’une telle stratégie peut apporter à l’ensemble du portefeuille de titres à revenu fixe – qui gagne notamment en dynamisme.

Vitesse et diversification

Les marchés bougent vite, en particulier dans les secteurs susmentionnés offrant un « plus », comme ceux des titres de créance à rendement élevé ou des marchés émergents, qui affichent généralement une plus grande volatilité et tendent à être moins liquides. Les mandats de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction peuvent donner aux gestionnaires la latitude d’exécuter une « rotation » en temps réel en cas de distorsion des marchés, ainsi que de saisir les occasions potentielles sans avoir à se soumettre à un processus formel ou à obtenir l’approbation d'un conseil comme bon nombre d’investisseurs y sont contraints. Ce processus chronophage oblige de nombreux investisseurs à tenter d’anticiper les rendements et à planifier leurs points d’entrée et de sortie. Il confère une plus grande importance à la décision descendante prise à l’échelle de l’investisseur ou du répartiteur d’actifs et accroît le risque qui en découle. En définitive, en recourant aux services d’un gestionnaire de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction qui suit un processus semblable, les investisseurs peuvent gagner en vitesse et ajouter un palier de diversification que n’ont pas ceux qui prennent eux-mêmes les décisions descendantes à l’origine de la répartition sectorielle.

Soulignons qu’un volet autonome de produits obligataires à rendement élevé – plus précisément de produits passifs comme des fonds négociés en bourse ou des produits indiciels – pourrait créer un portefeuille plus lourdement axé sur les secteurs les plus endettés, qui sont les plus représentés dans l’indice (de référence). L’univers des titres de créance des marchés émergents offre des possibilités encore plus vastes de placement dans des obligations souveraines et de sociétés libellées en monnaies fortes et en monnaies locales couvrant tout un éventail de régions et de pays. En appliquant la même logique que pour les produits obligataires à rendement élevé, l’exposition inconsidérée d’un portefeuille à l’ensemble des actifs des marchés émergents peut aboutir à une volatilité plus marquée et à des périodes de recul plus longues et plus marquées que prévu. Par opposition, les gestionnaires de titres mondiaux sans restriction n’ont aucune obligation de retenir des titres d’un secteur, d’une industrie ou d’un pays donné. Comme leurs directives de placement ne sont pas liées à un indice pondéré en fonction de la capitalisation boursière (ou des titres de créance en circulation), ces gestionnaires peuvent rechercher à leur gré les aspects les plus intéressants d’un jeu mondial d’occasions de placement.

Enfin, bien que les stratégies axées sur les obligations nationales aient leur place dans la répartition globale de l’actif, les investisseurs qui comptent sur de telles stratégies pour s’engager dans des secteurs à revenu fixe non conventionnels risquent de négliger d’autres sources d’alpha et de diversification que peuvent offrir les marchés mondiaux.

Quel effet pourrait avoir une stratégie sans restriction sur le profil de risque d’un portefeuille?

Pour étudier cet effet, nous nous sommes penchés sur les profils de volatilité des sous-secteurs des titres à revenu fixe et nous les avons comparés avec un modèle simplifié de portefeuille de titres à revenu fixe de répartiteurs d’actifs. Le portefeuille indicatif de titres à revenu fixe est constitué de 50 % de titres à revenu fixe de base (indice Bloomberg Barclays U.S. Aggregate), les 50 % restant étant répartis en parts égales entre des obligations d’État non américaines (indice FTSE Non-USD World Government Bond), des obligations mondiales à rendement élevé (BofA ML Global High Yield) et des titres de créance des marchés émergents (JPM EMBI Global).

Comme en témoigne le graphique ci-dessous, les investisseurs qui s’écartent des marchés intérieurs doivent équilibrer un large éventail de profils de volatilité, allant de 2 à 4 % des titres à revenu fixe de base nationaux jusqu’aux titres de créance des marchés émergents et aux titres mondiaux à rendement élevé, dont l’écart-type s’inscrit normalement entre 6 à 12 % et 6 à 18 %, respectivement, depuis 2005. En définitive, misant sur une combinaison cohérente de sous‑secteurs de titres à revenu fixe « ancrée » sur un compartiment de titres à revenu fixe de base représentant 50 % de l’actif, le portefeuille des répartiteurs d’actifs réussit à maintenir sa volatilité globale dans la fourchette des 4 à 8 %.

Écart-type mobile sur trois ans

Écart-type mobile sur trois ans
Sources : Bloomberg et Gestion d’actifs Manuvie, mai 2018.

Ensuite, nous avons ajouté au portefeuille des répartiteurs d’actifs un volet en titres à revenu fixe mondiaux sans restriction dont la pondération est de 25 %. Le rendement du portefeuille sans restriction a été calculé à l’aide des rendements médians d’un univers personnalisé d’eVestment qui combine les univers des titres à revenu fixe mondiaux sans restriction et des titres à revenu fixe multisectoriels mondiaux. Le graphique de la page suivante illustre les avantages potentiels du profil risque-rendement, sur les trois, cinq et dix dernières années, de l’ajout d’un tel volet au portefeuille existant, en date du 31 mars 2018. Ainsi, sur les trois dernières années, le portefeuille des répartiteurs d’actifs aurait réalisé des rendements supérieurs de 9 % (32 points de base), tout en atténuant la volatilité du portefeuille global de 13 % (47 points de base), ce qui correspond à un avantage de 0,21 en termes de ratio de Sharpe (0,80 contre 1,01).

Risque et rendement hypothétiques d’un portefeuille de titres à revenu fixe au 31 mars 2018

Risque et rendement hypothétiques d’un portefeuille de titres à revenu fixe au 31 mars 2018
Sources : Gestion d’actifs Manuvie, Zephyr StyleAdvisor, eVestment, Bloomberg Barclays, FTSE, BofAML, JP Morgan, au 31 mars 2018.

Outre les avantages potentiels de la diversification selon une perspective descendante, dans cet exemple hypothétique, l’affectation d’une partie de l’actif aux titres à revenu fixe mondiaux sans restriction permet en définitive d’améliorer le profil risque-efficience, mesuré par le ratio de Sharpe, du portefeuille de titres à revenu fixe des répartiteurs d’actifs sur plusieurs cycles du marché.

Ratio de Sharpe3 ans5 ans10 ans
Portefeuille des répartiteurs d’actifs :0,800,620,86
Portefeuille des répartiteurs d’actifs comprenant 25 % de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction1,010,790,93
Sources : eVestment, Zephyr StyleAdvisor, mars 2018.
Icon 3

La corrélation est fondamentale

Les stratégies de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction peuvent donc exercer une influence favorable sur le portefeuille global de titres à revenu fixe d’un investisseur, qui peut comprendre des stratégies conventionnelles et non conventionnelles de placement en titres à revenu fixe. Mais quels sont leurs effets sur la répartition élargie de l’actif de l’investisseur? Pour répondre à cette question, nous élargissons notre analyse au segment des marchés financiers auquel la plupart des investisseurs consacrent la majeure partie de leurs budgets de risque, à savoir les marchés boursiers.

Dans le contexte d’une répartition générale de l’actif, les investisseurs ont tendance à compter sur leurs portefeuilles de titres à revenu fixe pour leur assurer de la stabilité, de la liquidité, un revenu et une diversification du risque de perte extrême. Compte tenu de leurs corrélations traditionnellement peu étroites avec les actions, les placements en titres à revenu fixe ont historiquement fait contrepoids de manière convaincante au risque des actions et aux situations défavorables exceptionnelles. Les corrélations ont beau avoir évolué au cours des trois à quatre dernières décennies, les actifs à revenu fixe de base de haute qualité offrent historiquement des avantages intéressants sur le plan de la diversification lorsqu’ils sont associés à un indice boursier général comme le S&P 500. Or, depuis l'an 2000, le lien entre les actions et les titres à revenu fixe s’est encore distendu, la corrélation sur une période mobile de trois ans s’inscrivant désormais en moyenne à -0,1 (de 2000 à 2018), contre +0,4 au cours des années antérieures (de 1980 à 1999).

Évolution de la corrélation entre l’indice obligataire Bloomberg Barclays U.S. Aggregate et l’indice S&P 500

Évolution de la corrélation entre l’indice obligataire Bloomberg Barclays U.S. Aggregate et l’indice S&P 500
Source : Bloomberg, au 31 mars 2018.

Dans un monde idéal, il resterait logique de recourir à un volet en titres à revenu fixe de haute qualité; cependant, comme nous l’avons vu, le profil risque-rendement des stratégies axées sur les titres à revenu fixe de haute qualité a nettement changé depuis la crise financière de 2008.

Le graphique de la page suivante illustre le changement qui s’est opéré à mesure que les caractéristiques des taux obligataires et de la duration (sensibilité aux taux d’intérêt) de l’indice obligataire Bloomberg Barclays U.S. Aggregate se sont essentiellement inversées. La conséquence flagrante est, ici, que les placements en titres à revenu fixe sont désormais dominés par le risque lié aux taux d’intérêt et génèrent de moindres revenus (taux obligataires). De plus, parallèlement au recul graduel des taux obligataires depuis 10 ans, les rendements moyens qu’enregistrent les investisseurs finaux au cours d’une année civile ont également diminué.

Si les titres à revenu fixe de haute qualité traditionnels peuvent offrir les mêmes avantages qu’auparavant sur le plan de la couverture du risque, il est évident que les investisseurs ne peuvent plus compter sur le revenu stable qu’ils procuraient dans le passé. Indirectement, et cet élément est peut-être plus important, à mesure que la duration corrigée des effets de la clause de remboursement anticipé (DCECRA) a augmenté pour atteindre près de six ans, la probabilité d’un rendement négatif dans un volet en titres à revenu fixe de base a également augmenté. En effet, les taux obligataires actuels ne sont plus en mesure de contrebalancer la perte de capital qu’entraînerait une hausse soutenue des taux d’intérêt. À nos yeux, il serait prudent de trouver une solution complémentaire aux placements en titres à revenu fixe de haute qualité et en actions.

Évolution du profil de l’indice obligataire Bloomberg Barclays U.S.
Aggregate sur le plan des taux obligataires et de la duration

Évolution du profil de l’indice obligataire Bloomberg Barclays U.S. Aggregate sur le plan des taux obligataires et de la duration
Source : Bloomberg Barclays, mars 2018.

Comme nous l’avons vu, les stratégies de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction cherchent à relever les défis actuels en élargissant les limites de l’univers des titres acceptables pour y inclure les actifs à rendement plus élevé, les courbes de taux mondiales et les devises. Cependant, en accordant une telle souplesse à leur volet en titres à revenu fixe, les investisseurs perdraient-ils les avantages que procurent les placements en titres à revenu fixe classiques sur le plan de la diversification?

Pour faciliter la comparaison, nous utilisons les rendements médians des univers combinés des titres à revenu fixe mondiaux sans restriction et des titres à revenu fixe multisectoriels mondiaux d’eVestment pour effectuer notre analyse. Le tableau ci-dessous montre que depuis le début du siècle, un volet en titres à revenu fixe mondiaux sans restriction compléterait avantageusement les placements existants en titres à revenu fixe de haute qualité, tout en préservant une faible sensibilité aux marchés boursiers, avec des corrélations d’environ 0,5 sur la période. Selon nous, cette approche assure un équilibre entre la réduction du risque global lié aux taux d’intérêt dans le contexte de la faiblesse des rendements obligataires sans exposer les investisseurs à la volatilité inhérente aux stratégies consacrées aux titres de créance à rendement élevé ou des marchés émergents.

Tableau des corrélations : de décembre 1999 à mars 2018
par rapport à l’univers personnalisé des titres à revenu fixe mondiaux
sans restriction et multisectoriels d’eVestment
 Corrélation
Indice Bloomberg Barclays U.S. Aggregate0,48
S&P 5000,54
Sources : eVestment, Zephyr StyleAdvisor, mars 2018.
Le tableau ci-dessus représente les corrélations entre les rendements médians de l’univers personnalisé d’eVestment et les indices Bloomberg Barclays U.S. Aggregate et S&P 500.

En gérant activement le risque, les gestionnaires de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction ont la possibilité de procéder à une rotation dynamique des secteurs, des taux d’intérêt et des monnaies en cas de graves perturbations des marchés et de protéger le portefeuille en atténuant le risque à l’approche de périodes de volatilité accrue. Ensuite, les investisseurs devraient s’attendre à voir évoluer au fil du temps les corrélations d’un gestionnaire efficace avec diverses catégories d’actif et de secteurs, tandis qu’il accroît la sensibilité aux actifs plus risqués lorsque la conjoncture favorise la prise de risque et qu’il renforce la protection contre les pertes lorsque la conjoncture est défavorable à la prise de risque.

Icon 4

DEUXIÈME PARTIE :

Mesurer le rendement sans un indice de référence

Dans le passé, l’évaluation comparative des gestionnaires de titres à revenu fixe était relativement simple pour les investisseurs, qui mesuraient leurs rendements à l’aune des indices généraux du marché (comme les indices obligataires Bloomberg Barclays U.S. Aggregate ou Global Aggregate). En règle générale, les gestionnaires sont censés surpasser leurs indices de référence d’un pourcentage donné sur une période convenue.

À la base, bon nombre de stratégies de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction font fi des indices de référence et suivent des directives qui ne leur imposent aucune contrainte par rapport à de tels indices. Ces stratégies étant de plus en plus répandues, bon nombre d’investisseurs sont préoccupés par le processus d’évaluation du gestionnaire. Autrement dit, ils se demandent comment en mesurer la réussite ou l’échec.

Méthode traditionnelle

Soulignons cependant qu’il n’existe aucune méthode universellement acceptée pour évaluer la réussite d’un gestionnaire de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction et que chacune de ces méthodes peut être utile.

De nombreux investisseurs ont choisi de s’en tenir à la méthode traditionnelle qui consiste à choisir un indice général du marché, comme l’indice Bloomberg Barclays Multiverse, et de fixer comme objectif un certain écart positif par rapport au rendement de l’indice. D’autres ont décidé d’utiliser une combinaison de plusieurs indices pour situer leurs placements dans un contexte, comme des indices de titres à revenu fixe nationaux et mondiaux, ou les versions couverte et non couverte d’un indice. Bien qu’un portefeuille puisse parfois avoir une composition très différente de celle de l’indice de référence, sur un cycle complet du marché, une bonne stratégie de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction devrait être en mesure d’atteindre de tels objectifs de rendement et de surclasser un indice général de titres à revenu fixe dont la composition est essentiellement statique. La méthode traditionnelle permet de comparer facilement plusieurs gestionnaires et d’évaluer un gestionnaire sans trop de difficulté.

Méthode du rendement absolu

La deuxième approche consiste à fixer un objectif de rendement absolu, comme le LIBOR à trois mois ou l’IPC majoré d’une prime (p. ex. 200 à 400 points de base), à atteindre sur une période donnée. Bien que cette approche soit couramment utilisée pour les fonds spéculatifs et les portefeuilles d’actions de sociétés fermées, certains investisseurs préfèrent que les gestionnaires de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction visent un rendement positif, quelle que soit la conjoncture. La méthode du rendement absolu est plus employée qu’auparavant pour les portefeuilles de titres à revenu fixe, car les investisseurs se préparent à une période de montée des taux d’intérêt. Les investisseurs devraient toutefois se méfier, lorsqu’ils appliquent un indice de référence à rendement absolu à leurs portefeuilles de titres à revenu fixe, car ils ne tiennent pas compte des risques sous-jacents de la catégorie d’actif. Les rendements à long terme devraient certes permettre d’atteindre un objectif de rendement absolu, mais sans la possibilité de recourir au levier financier ou d’adopter des positions acheteur ou vendeur à l’égard des placements admissibles, les écarts de rendement relatif à court terme pourraient réduire l’utilité de l’indice aux fins de l’évaluation du rendement.

Méthode du rapport risque-rendement global

La méthode du rapport risque-rendement global va un cran plus loin que celle du rendement absolu en intégrant un indice de risque ou une fourchette de volatilité à l’objectif. Dans un tel cas, un profil cible de volatilité est affecté au gestionnaire, qui est censé produire un rendement cadrant avec le niveau de risque du portefeuille. Les statistiques corrigées du risque, comme le ratio de Sharpe, mesurent le rendement total (au-delà d’un taux sans risque) par unité de risque total que produit un gestionnaire et servent de dénominateur commun pour évaluer le rapport risque-efficience d’une stratégie sur le plan du rendement total ou par rapport à d’autres stratégies. Historiquement, les stratégies axées sur le rapport risque-efficience affichent des ratios de Sharpe de l’ordre de 0,8 ou plus.

Parmi les autres méthodes possibles, l’une consiste à utiliser un portefeuille comparable ou un indice personnalisé constitué de plusieurs indices afin de créer un instrument de comparaison pour un portefeuille. Soulignons cependant qu’il n’existe aucune méthode universellement acceptée pour évaluer la réussite d’un gestionnaire de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction et que chacune des méthodes susmentionnées peut être utile. Pour certains investisseurs, la combinaison de plusieurs ou de l’ensemble de ces méthodes peut être utile et est intégrée au processus d’évaluation du rendement.

Évaluation comparative des titres à revenu fixe mondiaux sans restriction : une illustration
Méthode d’évaluationExempleAvantagesInconvénients
Rendement excédentaire par rapport à un indice de référence du marchéRendement de l’indice plus 150 pbMéthode connue des investisseursLes directives ne sont pas liées à un indice de référence
Objectif de rendement absoluLIBOR à 3 mois plus 200 à 400 pbFacilité d’évaluationLes risques sous-jacents ne cadrent pas avec les titres à revenu fixe
Objectif de risque-rendement globalRendement excédentaire hors volatilité de 400 à 600 pbAccent sur l’efficience (ratio de Sharpe)Méthode moins intuitive
Univers comparableRendement médian ou rang centileFacilité d’évaluationLes écarts peuvent être larges dans les divers univers, de sorte que le classement peut être trompeur
Source : Gestion d’actifs Manuvie, mai 2018. Ce tableau est fourni uniquement à titre d’exemple.
Icon 5

Conclusion

En résumé, bien que les placements traditionnels en titres à revenu fixe ne leur offrent plus nécessairement les moyens d’atteindre leurs objectifs de rendement, les investisseurs disposent d’options qui leur permettent d’orienter leurs portefeuilles de titres à revenu fixe en 2018 et ultérieurement. En ajoutant un volet de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction, il est évident que les investisseurs peuvent rehausser leur profil de rendement, accroître leur diversification et ajouter un palier de protection contre la montée des taux d’intérêt, tout en préservant les caractéristiques attrayantes qu’ont offert les placements en titres à revenu fixe de base dans le passé en matière de risque et de corrélation.

Les investisseurs dans le monde entier commencent à s’intéresser aux stratégies de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction, qui offrent une solution efficiente sur le plan du risque dans le contexte difficile que présente le marché. Compte tenu de la souplesse inhérente de ces stratégies, le processus de sélection du gestionnaire reste capital. Selon nous, les investisseurs devraient chercher une stratégie qui a produit des résultats harmonieux et positifs sur plusieurs cycles du marché, utilisant un processus régi par une plateforme de gestion des risques indépendante. Une stratégie efficace devrait être manifestement capable d’exécuter avec succès une rotation des placements; bref, de saisir les meilleures occasions potentielles tout en évitant les risques à l’échelle des possibilités offertes par les titres à revenu fixe mondiaux.

1 Bloomberg, au 6 juin 2018.
2 eVestment, décembre 2017.
Note au sujet du rendement hypothétique
Le rendement hypothétique est présenté pour illustrer l’incidence d’un volet en titres à revenu fixe mondiaux sans restriction sur un portefeuille de titres à revenu fixe. Il n’est fourni qu’à l’intention des investisseurs institutionnels et des spécialistes en placement, et ne doit pas être diffusé ou utilisé à d’autres fins.
Les renseignements sur le rendement présentés dans certains graphiques ou tableaux représentent le rendement hypothétique d’après les rendements médians des univers de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction et de titres à revenu fixe multisectoriels mondiaux d’eVestment, ainsi que des données provenant des indices Bloomberg Barclays U.S. Aggregate, FTSE Non-USD WGB, Bank of America Merrill Lynch Global High Yield et JP Morgan EMBI Global du 31 décembre 1999 au 31 mars 2018. Tous ces rendements sont exprimés en dollars américains.
Notez bien que le rendement médian d’eVestment a été calculé selon une périodicité mensuelle, pour les univers combinés des titres à revenu fixe mondiaux sans restriction et multisectoriels. Ces univers ont été combinés, car ils peuvent tous les deux représenter les titres à revenu fixe mondiaux sans restriction.
Le portefeuille modèle des répartiteurs d’actifs est constitué à 50 % de l’indice Bloomberg Barclays U.S. Aggregate, à 16,67 % de l’indice FTSE Non-USD WGB, à 16,67 % de l’indice Bank of America Merrill Lynch Global High Yield et à 16,67 % de l’indice JP Morgan EMBI Global. Le portefeuille modèle des répartiteurs d’actifs comprenant 25 % de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction est constitué à 75 % du portefeuille modèle des répartiteurs d’actifs et à 25 % de titres à revenu fixe mondiaux sans restriction, dont les rendements correspondent aux rendements médians des univers des titres à revenu fixe mondiaux sans restriction et des titres à revenu fixe multisectoriels mondiaux d’eVestment.
Les résultats indiqués sont des résultats théoriques, non établis à partir des rendements effectifs d’un portefeuille, qui sont fournis dans l’unique but d’illustrer les rendements que le portefeuille illustratif aurait produits, s’il avait été disponible, sur la période considérée. Les rendements hypothétiques ne constituent PAS une indication de ce que seront les résultats futurs. Les résultats illustrent la performance d’un portefeuille qui n’a pas été offert par le passé aux investisseurs et ne représentent PAS des rendements effectivement obtenus par quelque investisseur que ce soit.
Les résultats hypothétiques sont calculés par l’application rétrospective d’un modèle exclusif élaboré à partir de données antérieures et ils reposent sur des hypothèses qui font partie intégrante du modèle, qui pourraient être vérifiables ou non, et ils sont exposés à des pertes.
Certaines hypothèses ont été posées pour les besoins de la modélisation et pourraient ne pas se réaliser. Nous ne faisons aucune déclaration et ne donnons aucune garantie quant au caractère raisonnable de ces hypothèses. Nous ne faisons aucune déclaration quant à l’éventualité ou à la probabilité qu’un portefeuille enregistrera des gains ou des pertes comparables à ceux qui sont indiqués. Ces renseignements sont fournis uniquement à titre d’exemples.
Le rendement hypothétique est calculé en rétrospective et présente certaines limites. Plus précisément, les résultats issus d’une analyse hypothétique ne représentent pas des opérations réelles et ne tiennent pas compte d’importants facteurs économiques ou de marché dans la prise de décision. Comme les opérations n’ont pas réellement eu lieu, les résultats pourraient avoir diminué ou gonflé l’incidence, le cas échéant, de certains facteurs de marché, comme le manque de liquidité, et pourraient ne pas refléter l’incidence que certains facteurs économiques ou de marché pourraient avoir eue sur le processus de décision. En outre, l’illustration permet de rajuster la méthode de sélection des titres de façon à maximiser les rendements passés. Les résultats réels pourraient donc différer grandement des rendements hypothétiques.
Renseignements sur les risques
Les placements comportent des risques, y compris de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents.
Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille.
L’augmentation des taux d’intérêt entraîne généralement la diminution des cours obligataires. Plus la durée moyenne des obligations détenues est longue, plus un portefeuille risque d’être sensible aux fluctuations des taux d’intérêt. Le rendement d’un portefeuille fluctue en fonction de la variation des taux d’intérêt.
Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice.
Les renseignements fournis aux présentes ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin. Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion d’actifs Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion d’actifs Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses présentés dans le présent document aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion d’actifs Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation du présent document ou des renseignements et analyses qu’il contient. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion d’actifs Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.
Ni Gestion d’actifs Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion d’actifs ManuvieMC, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion d’actifs Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou dans un compte géré par Gestion d’actifs Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peut garantir le rendement ni éliminer les risques. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion d’actifs Manuvie.
Gestion d’actifs Manuvie
Gestion d’actifs Manuvie est la filiale mondiale de gestion d’actifs de la Société Financière Manuvie (« Manuvie »). Gestion d’actifs Manuvie et ses sociétés affiliées proposent des solutions globales de gestion d’actifs aux investisseurs institutionnels et aux fonds de placement des principaux marchés du monde. Son expertise en placement englobe une large gamme de catégories d’actifs publics et privés, ainsi que des solutions de répartition de l’actif.
Les documents sont diffusés dans les pays suivants par les entités respectives de Manuvie – Canada : Gestion d’actifs Manuvie limitée, Investissements Gestion d’actifs Manuvie inc., Manulife Asset Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion d’actifs Manuvie (Canada) Corp. Hong Kong, Australie, Corée : Manulife Asset Management (Hong Kong) Limited, où ils n’ont pas été soumis à l’examen de la HK Securities and Futures Commission (SFC). Indonésie : PT Manulife Aset Manajmen Indonesia. Japon : Manulife Asset Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Asset Management Services Berhad. Philippines : Manulife Asset Management and Trust Corporation. Singapour : Manulife Asset Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro : 200709952G). Taïwan : Manulife Asset Management (Taiwan) Co. Ltd. Thaïlande : Manulife Asset Management (Thailand) Company Limited. Royaume-Uni et Espace économique européen : Manulife Asset Management (Europe) Limited, qui est régie par l’organisme Financial Conduct Authority et habilitée par ce dernier. États-Unis : Manulife Asset Management (US) LLC, Hancock Capital Investment Management, LLC et Hancock Natural Resource Group, Inc. Vietnam : Manulife Asset Management (Vietnam) Company Ltd.
Les noms Manuvie et Gestion d’actifs Manuvie, le logo qui les accompagne, les quatre cubes et les mots « solide, fiable, sûre, avant-gardiste » sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers qu’elle et ses sociétés affiliées utilisent sous licence.
464784

About the Author

2015 Apr Goggins Tom(1) Thomas Goggins

Senior Portfolio Manager, Global Multi-Sector Fixed Income

Les opinions exprimées sont celles de Gestion d'actifs Manuvie au moment de leur publication et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d'autres conditions. Les renseignements présentés dans le présent article, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture des marchés qui changera au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d'événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d'autres motifs. Gestion d'actifs Manuvie n'est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu'utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d'un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui se penchera sur leur situation personnelle. Ni la Financière Manuvie, ni Gestion d'actifs Manuvie, ni aucune de leurs sociétés affiliées et aucun de leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une offre ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion d'actifs Manuvie, à acheter ou à vendre un titre, non plus qu'il n'indique une intention de réaliser une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion d'actifs Manuvie.

21474836807
Titres à revenu fixe