Actifs réels privés – Des revenus différents pour améliorer le rendement total

Répartition de l’actif | 21 septembre 2018

Patrick Murray, CIM® FCSI® Directeur général – Spécialiste en produits multiactifs
Johnny Yong, CFA® Directeur – Équipe des solutions de portefeuille

Résumé

Beaucoup de choses se sont passées depuis la publication de la première version de ce bulletin, à l’été 2017. Les taux d’intérêt ont grimpé en Amérique du Nord, la Banque du Canada ayant multiplié par deux son taux d’intérêt en le portant à 1,5 % et la Réserve fédérale américaine ayant relevé le taux des fonds fédéraux à plusieurs reprises pour les décoller de leurs planchers historiques. On s’attend à ce que la normalisation des taux se poursuive au cours des prochaines années – notamment si l’expansion économique maintient son rythme actuel aux États-Unis et au Canada. Ainsi, le taux de chômage n’a pratiquement jamais été aussi bas de part et d’autre de la frontière, ce qui tend à confirmer l’idée que d’autres hausses des taux sont à venir.

Qu’est-ce que cela signifie pour les investisseurs? Nous pensons que les rendements des titres à revenu fixe classiques resteront capricieux. Les données historiques montrent qu’un portefeuille diversifié d’actifs réels procure des rendements plus attrayants que l’indice obligataire universel FTSE Canada et que l’indice des obligations à long terme FTSE Canada, moyennant une volatilité nettement inférieure.

Nous avons examiné le comportement habituel de divers actifs réels en période de montée des taux d’intérêt et de l’inflation. Nous avons constaté que, comme il en a la réputation, ce groupe d’actifs offrait une protection efficace contre la montée des taux d’intérêt tout en procurant des revenus réguliers. Qui plus est, nous pensons que les actifs réels ont de faibles corrélations avec la plupart des catégories d’actif liquides et qu’ils ont tendance à moins se déprécier que les catégories d’actif traditionnelles.

Graphique des rendements des actifs : variation des taux de rendement sur 10 ans et des rendements des actifs réels (%)

Graphique des rendements des actifs : variation des taux de rendement sur 10 ans et des rendements des actifs réels (%)
Source : Gestion d’actifs Manuvie, au 31 juillet 2018.

Ce document explique comment un portefeuille diversifié d’actifs réels peut procurer des rendements plus attrayants que les indices de référence traditionnels des titres à revenu fixe, tout en présentant potentiellement un risque de repli nettement moins élevé en cas de hausse des taux d’intérêt.

Ancrage et bonification des portefeuilles de titres à revenu fixe grâce aux actifs réels

Les taux de rendement des obligations chutent depuis le début des années 1980. L’indice obligataire universel FTSE Canada a dégagé un rendement annualisé de 8,8 % au cours des 37 dernières années; or, ce rendement n’est pratiquement que de moitié (4,7 %) sur les 10 dernières années – ce taux est faible, à nos yeux, et pourrait encore beaucoup baisser. De plus, la volatilité des obligations à long terme a augmenté récemment : rien qu’au cours des deux dernières années, nous avons connu les deux rendements trimestriels les plus négatifs depuis 1994.1 Cette évolution a donné aux promoteurs et aux gestionnaires de régimes de retraite cherchant à stabiliser leurs rendements et leurs revenus encore plus de raisons de se tourner vers des actifs non traditionnels. Une catégorie d’actif de plus en plus en vogue? Les actifs réels privés.

Composantes du rendement prévu des catégories d’actif, T2 2018 (%)

Asset class expected return components, Q2 2018 (%) Image
Sources : Bloomberg et Gestion d’actifs Manuvie, au 30 juin 2018.

Les revenus, qui sont souvent directement liés à la croissance économique, représentent une portion considérable du rendement total des actifs réels privés : ils tendent à augmenter en période d’inflation et d’intensification de l’activité économique, et reculent lorsque la tendance s’inverse. Dans certains cas, les revenus générés sont de nature contractuelle, ce qui permet non seulement de rehausser le rendement total, mais également d’assurer aux investisseurs une protection contre les effets négatifs des fluctuations économiques. Par exemple, les infrastructures, comme les autoroutes à péage, sont généralement assorties de clauses d’indexation sur l’inflation qui permettent à leurs exploitants de facturer des montants plus élevés dans certaines conditions. De même, les baux des immeubles commerciaux peuvent être renouvelés à des taux supérieurs qui tiennent compte de l’intensification de l’activité économique. Ainsi, les actifs réels peuvent offrir aux investisseurs les engagements de longue durée qu’ils recherchent sans les exposer aux pertes de capital potentielles qu’entraînent la montée des taux d’intérêt ou l’inflation.

Actifs réels : dépréciation limitée par rapport aux indices traditionnels du marché

Sur le plan de la dépréciation, soit de la variation en pourcentage entre le sommet atteint par un actif (ou sa catégorie) et le niveau le plus bas auquel il est tombé pendant une période donnée, on peut dire sans exagérer que les actifs réels se sont mieux comportés dans le passé que les indices traditionnels du marché public. Les terres agricoles n’ont jamais connu de dépréciation, alors que l’indice NCREIF Timberland n’en a enregistré que deux qui soient dignes de mention : la première en 2001 et la deuxième en 2009, pendant la crise du logement aux États-Unis. Soit dit en passant, les deux indices de références des titres à revenu fixe les plus couramment utilisés pour les portefeuilles de titres à revenu fixe de base et les portefeuilles d’investissement guidé par le passif (IGP) – l’indice obligataire universel FTSE Canada et l’indice des obligations à long terme FTSE Canada – ont connu leur dépréciation maximale le même trimestre, soit au quatrième trimestre de 2016, au moment des élections américaines.1

Rendements cumulés des catégories d’actif, de décembre 2003 à mars 2018 (%)

Rendements cumulés des catégories d’actif, de décembre 2003 à mars 2018 (%)
Sources : Bloomberg et Gestion d’actifs Manuvie, mars 2018.

Prenons un exemple dans le secteur des terres agricoles, dont le marché a atteint ses sommets récents en 2012-2013. Les prix des amandes, des pistaches, des canneberges, des noix de Grenoble et des cultures en rangs, comme le maïs, le soya et le blé, ont chuté de 40 à 60 % par rapport à leurs sommets respectifs; cependant, la valeur des terres agricoles n’a cessé d’augmenter pendant la période. Un investisseur qui achète des actifs de cette catégorie n’achète pas uniquement les cultures sous-jacentes, mais un portefeuille diversifié de biens par l’intermédiaire d’un instrument en gestion commune. Dans un sens, ces actifs de longue durée procurant des revenus stables ressemblent à un portefeuille d’obligations à long terme, dont l’investisseur peut détacher les coupons et qui permet de surmonter les fluctuations à court terme des taux. Du côté des biens immobiliers, la diversité des bâtiments, des régions et des économies, combinée aux excellents revenus réguliers procurés par les baux à long terme, peut procurer le type de stabilité et de longue durée financière que cherchent les investisseurs.

Les actifs réels peuvent offrir aux investisseurs une occasion remarquable d’atténuer les effets négatifs de l’inflation sur les actifs à revenu fixe et de faire face à la montée générale des taux d’intérêt. Nous considérons que les actifs réels sont utiles pour les investisseurs qui désirent couvrir leurs besoins de liquidités à long terme, en diversifiant leurs portefeuilles et en préservant leur pouvoir d’achat réel. Selon nous, les actifs réels peuvent convenir à tout un éventail de types d’investisseurs; les sociétés d’assurance, les fonds de dotation, les fondations, les investisseurs fortunés et les régimes de retraite devraient songer à leur faire une place au sein de leurs portefeuilles. La possibilité d’obtenir des revenus semblables à ceux des obligations et des rendements semblables à ceux des actions, par le biais de placements souvent moins volatils et ayant une corrélation nettement moins étroite avec les marchés publics, présente un certain attrait.

Rendements et caractéristiques des actifs réels privés

Les actifs réels privés ont toujours été attrayants pour les investisseurs à long terme qui accordent de la valeur à la stabilité et au fait que la catégorie d’actif puisse servir d’outil de diversification et de protection contre l’inflation. Cependant, certains détracteurs ont mis en doute la validité de l’utilisation de mesures du risque comme la volatilité et le ratio de Sharpe pour ce groupe d’actifs. Selon eux, les exercices d’évaluation étant peu fréquents, les résultats peuvent être moins pertinents.

Actifs privés : rendements annualisés sur 14 ans (%)

Actifs privés : rendements annualisés sur 14 ans (%)
Sources : Bloomberg et Gestion d’actifs Manuvie, au 31 décembre 2017.

Bien que ces arguments puissent avoir une certaine validité, notons que la composante de revenu des actifs réels procure énormément de stabilité à leurs profils de rendement respectifs. Par exemple, selon nos calculs, la corrélation entre la composante de revenu et le rendement total dans le secteur de l’agriculture est de 0,9, ce qui indique que le revenu représente une très grande partie du rendement total. De même, de nombreux autres actifs privés ont une composante de revenu qui représente un pourcentage élevé du rendement total.

Part des rendements totaux provenant de la composante de revenu

Périodes utilisées pour la répartition du revenuNombre d’annéesDepuisPart provenant du revenu (%)
Prêts hypothécaires canadiens8,0Juillet 200891
Titres de créance privés américains6,0Janvier 201186
Prêts hypothécaires américains10,0Juillet 200682
Indice IPD de l’immobilier canadien 30,0Janvier 198580
Titres de créance privés canadiens8,0Juillet 200873
Agriculture/Terres agricoles21,5Octobre 199563
Bois d’œuvre29,5Janvier 198743
Source : Gestion d’actifs Manuvie, au 30 juin 2016. Prêts hypothécaires canadiens : période de 8 ans terminée le 30 juin 2016, portefeuille composé interne des titres hypothécaires commerciaux de Manuvie/compte représentatif. Titres de créance privés américains : période de 6 ans terminée le 30 juin 2016, portefeuille composé interne. Prêts hypothécaires américains : période de 10 ans terminée le 30 juin 2016, portefeuille composé interne. Titres de créance privés canadiens : période de 8 ans terminée le 30 juin 2016, portefeuille composé interne des titres de créance privés canadiens de Manuvie/compte représentatif. Indice IPD de l’immobilier canadien : indice REALpac/IPD Canada Quarterly Real Estate, du T1 1985 au T4 2015. L’indice REALpac/IPD Canada Quarterly Real Estate mesure le rendement des biens immobiliers au Canada. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. Agriculture/Terres agricoles : du T4 1995 au T4 2016, portefeuille composé interne. Bois d’œuvre : du T1 1987 au T4 2016, portefeuille composé interne. Le tableau présente les données de différentes périodes afin d’obtenir une quantité maximale de rendements historiques montrant quel pourcentage du rendement total provient du revenu. Par exemple, pour les titres hypothécaires canadiens, les titres de créance privés américains et les titres hypothécaires américains, les données remontent à entre six et dix ans, tandis que pour les indices du bois d’œuvre et de l’agriculture/des terres agricoles, qui sont gérés par John Hancock, les données remontent aux années 1987 et 1995 respectivement. On divise la composante de revenu par le rendement total pour déterminer le pourcentage du rendement total qui provient du rendement en revenu.

Gestion active des actifs réels privés

En matière de répartition de l’actif dans le secteur des actifs réels privés, la stratégie d’achat et de conservation des placements à long terme n’est pas nécessairement la meilleure; la sélection des actifs et la gestion active du portefeuille revêtent également de l’importance. Dans le contexte d’un portefeuille multiactifs privés, on peut établir une frontière efficiente limitée pour obtenir le résultat souhaité, qu’il soit fondé sur le rendement total ou le revenu seul. À partir des prévisions de rendement à long terme de chaque catégorie d’actif, il est possible d’établir une composition de l’actif appropriée et de l’ajuster en fonction des objectifs de l’investisseur.

Par le passé, il y a eu d’importants écarts de rendement et de volatilité entre les actifs réels, particulièrement entre les actifs liquides, privés et liés aux produits de base – cette divergence traduit les différences inhérentes des actifs sous-jacents. Les actifs liés aux matières premières et à l’énergie sont souvent synchronisés avec les cycles économiques, tandis que les terres agricoles sont associées aux conditions climatiques et aux habitudes de consommation à long terme. Nous sommes des partisans d’une répartition active des actifs réels, en particulier pour un portefeuille diversifié d’actifs réels axé sur le revenu.

Voici quelques facteurs à considérer :

  • Il n’existe pas d’indice de référence investissable pour les actifs réels privés comme les infrastructures, les terres agricoles, le bois d’œuvre ou l’immobilier. Les petits investisseurs ne peuvent donc obtenir un portefeuille diversifié sans effectuer un placement considérable.
  • Bien souvent, les produits de base sont assortis d’une forte volatilité, mais également d’un coût de détention associé au stockage, ce qui peut se traduire par un revenu négatif.
  • Les placements dans les actifs réels de sociétés minières, de producteurs et d’autres entreprises du secteur industriel sont souvent complexes et assujettis au risque lié aux produits de base et à l’état d’esprit du marché.
  • En revanche, les actifs réels privés ont souvent une composante de revenu élevé2, en plus d’être des placements stratégiques susceptibles d’offrir une marge de sécurité inhérente.

Nous croyons que ces facteurs font ressortir la nécessité d’avoir un portefeuille d’actifs réels qui soit diversifié et géré activement, de façon à assurer l’atteinte des résultats de placement tout en atténuant le risque de pertes.

Rendements annuels de 2006 à 2017 (%)

Rendements annuels de 2006 à 2017 (%)
Sources : FactSet, eVestment et Gestion d’actifs Manuvie, du T1 2006 au T4 2017. Tous les rendements sont en dollars canadiens ($ CA), à l’exception de ceux pour les terres agricoles et les terrains forestiers exploitables, qui sont en dollars américains ($ US). Le pétrole est représenté par le West Texas Intermediate. L’or est représenté par le cours de l’or à court terme au NYMEX. Les terres agricoles sont représentées par l’indice NCREIF Farmland. Les terrains forestiers exploitables sont représentés par l’indice NCREIF Timber. L’immobilier est représenté par l’indice REALpac/IPD. Les titres du Trésor américains protégés contre l’inflation (TIPS) sont représentés par l’indice Bloomberg Barclays U.S. TIPS.

Frontière efficiente du revenu

Nous avons tracé une frontière efficiente du revenu, en utilisant autant de données historiques que possible, afin d’esquisser le profil risque-rendement des différentes catégories d’actifs réels privés. Naturellement, cet outil est couramment utilisé dans le processus d’élaboration d’un portefeuille puisqu’il permet aux investisseurs de visualiser la relation entre le niveau de revenu souhaité et la volatilité et la composition de l’actif.

Nous avons constaté que le portefeuille de revenu à variance minimale produit un revenu annuel de 5,5 %. La volatilité annualisée pour cette frontière de revenu s’établit entre 0,2 % et 2,5 %. La volatilité réelle du portefeuille serait beaucoup plus élevée une fois pris en compte le rendement total.

Frontière efficiente du revenu (%)

Frontière efficiente du revenu (%)
Sources : Gestion d’actifs Manuvie, NCREIF, au 29 août 2017. Le revenu des terrains forestiers exploitables est représenté par l’indice NCREIF Timberland. Le revenu immobilier ($ CA) est représenté par le revenu du Fonds immobilier canadien en gestion commune Manuvie (FICGCM). Le revenu des terres agricoles est représenté par le revenu de l’indice NCREIF Farmland. Le revenu des placements en créances privées canadiens ($ CA) est représenté par le Portefeuille composé interne des titres de créance privés canadiens de Manuvie/compte représentatif. Le revenu immobilier canadien ($ CA) est représenté par le Portefeuille composé interne des titres hypothécaires commerciaux de Manuvie/compte représentatif.
Remarque : Nous avons effectué une optimisation sans contraintes et n’avons pas tenu compte de l’effet de levier dans l’analyse. Veuillez consulter la Déclaration sur la frontière efficiente du revenu à la fin du présent document pour obtenir des précisions sur sa constitution.

Selon la méthode Monte Carlo, il y a une probabilité de 95,0 % qu’un portefeuille à revenu cible de 5,5 % obtienne un rendement minimum de 5,4 % au cours des dix prochaines années et qu’un portefeuille à revenu cible de 6,0 % obtienne un rendement en revenu minimum de 5,8 % au cours des dix prochaines années.

Les investisseurs en quête de revenus aiment maximiser leur revenu courant et sont susceptibles de considérer le revenu comme le corollaire d’un type de paiement à prestation déterminée. Cette approche peut aussi servir de volet axé sur la croissance ou le revenu dans le cadre d’une stratégie couverte de décaissement et d’investissement guidé par le passif (IGP). Selon nous, elle pourrait offrir énormément de stabilité aux revenus, tout en procurant les avantages de croissance et de diversification qui sont associés aux actifs privés.

Conclusion

Dans le présent document, nous avons abordé de façon assez détaillée trois principaux éléments :

1L’influence des hausses récentes des taux d’intérêt en Amérique du Nord sur les rendements des titres à revenu fixe et la volatilité et comment les investisseurs peuvent l’atténuer au moyen d’un portefeuille diversifié d’actifs réels.
2Le rôle essentiel que joue la répartition active de l’actif dans la constitution d’un portefeuille d’actifs réels privés.
3Comment les investisseurs axés sur le revenu peuvent constituer un portefeuille en fonction de leurs propres besoins de revenu.

L’utilisation d’un groupe diversifié de placements provenant des marchés des infrastructures, du bois d’œuvre, de l’agriculture, des titres de créance privés, des titres hypothécaires et des investissements immobiliers directs, et qui sont réunis dans un même instrument, peut intéresser les régimes de retraite de petite taille, les fonds de dotation, les fondations et les investisseurs fortunés, en leur donnant accès à ce qui peut être considéré comme une solution clé en main de placement sur les marchés privés – ce qui peut leur permettre de profiter de l’expertise offerte par les fournisseurs de solutions. On peut ensuite établir une répartition de l’actif optimale dans le cadre d’une approche fondée sur le rendement total ou le rendement en revenu qui s’harmoniserait avec leurs besoins et leur philosophie.

Nous pensons qu’un portefeuille d’actifs réels privés dont le revenu est optimisé pourrait être un bon moyen pour les clients d’investir dans des placements à long terme dotés d’une saine composante de revenu. L’augmentation des taux d’intérêt nuirait alors beaucoup moins aux rendements totaux que dans un portefeuille typique d’obligations et le portefeuille d’actifs réels pourrait en outre offrir une certaine corrélation positive avec l’inflation, moyennant une volatilité a priori plus faible que les obligations à long terme.

Déclaration sur la frontière efficiente du revenu

Le portefeuille modèle à frontière efficiente non audité n’est présenté qu’à l’intention des investisseurs institutionnels et ces renseignements ne doivent pas être diffusés ou utilisés à d’autres fins.

Les résultats indiqués sont des résultats hypothétiques qui ne reposent pas sur le rendement de portefeuilles réels et sont fournis dans l’unique but d’illustrer les rendements historiques d’un portefeuille modèle. Les résultats illustrent la performance d’un portefeuille qui n’a pas été offert par le passé aux investisseurs et ne représentent pas des rendements effectivement obtenus par quelque investisseur que ce soit.

Les résultats faisant l’objet du contrôle a posteriori sont calculés par l’application rétrospective d’un modèle exclusif élaboré à partir de données antérieures et ils reposent sur des hypothèses qui font partie intégrante du modèle, qui pourraient être vérifiables ou non, et ils sont exposés à des pertes. Les rendements faisant l’objet du contrôle a posteriori NE CONSTITUENT PAS une indication de ce que seront les résultats futurs.

Le modèle de la frontière efficiente a été conçu pour étudier la capacité de rendement des catégories d’actif que sont les terrains forestiers exploitables, les terres agricoles, les titres de créance privés, les titres hypothécaires et l’immobilier du point de vue du revenu, et les possibilités qu’elles offrent. En outre, le modèle vise à illustrer l’incidence potentielle de l’utilisation de ces catégories d’actif des marchés privés pour démontrer leurs capacités de génération de revenus. Le rendement et l’écart-type prévus pour chaque catégorie d’actif reposent sur des rendements historiques, que ce soit d’indices accessibles au public ou, dans certains cas, de portefeuilles composés internes dans lesquels les clients institutionnels peuvent investir. Une frontière efficiente a été générée au moyen des cinq catégories d’actif des marchés privés suivantes : titres hypothécaires canadiens, immobilier canadien, titres de créance privés, agriculture et bois d’œuvre.

Les hypothèses générales comprennent les suivantes :

Le calcul du rendement hypothétique se fonde sur le revenu trimestriel de l’indice NCREIF Timberland Property comme indicateur de la composante des terrains forestiers exploitables du rendement hypothétique et sur le revenu trimestriel de l’indice NCREIF Farmland Property comme indicateur de la composante des terres agricoles du rendement hypothétique. Veuillez noter que même si Hancock Timber Resource Group (HTRG) et Hancock Agricultural Investment Group (HAIG) sont des membres qui contribuent aux indices NCREIF, ce modèle ne vise pas à illustrer les rendements liés à des placements spécifiques dans HTRG ou HAIG.

Les autres hypothèses comprennent ce qui suit :

  • pas de liquidités nettes;
  • pas de solde en espèces;
  • pas de coûts de transaction;
  • pas de composantes couvertes.

Le réinvestissement des dividendes, des intérêts et des gains en capital et les retenues d’impôt n’ont pas été pris en compte dans l’élaboration du modèle.

Indices utilisés pour la modélisation de la frontière efficiente historique

Catégorie d’actifIndices et portefeuilles composés représentatifsSource du rendement
Terrains forestiers exploitablesIndice NCREIF Timberland PropertyNCREIF
Terres agricolesIndice NCREIF Farmland PropertyNCREIF
ImmobilierFonds immobilier canadien en gestion commune Manuvie* Gestion d’actifs Manuvie
Prêts hypothécairesPortefeuille composé interne des titres hypothécaires commerciaux de Manuvie/compte représentatifGestion d’actifs Manuvie
Titres de créance de sociétés ferméesPortefeuille composé interne des titres de créance privés canadiens de Manuvie/compte représentatifGestion d’actifs Manuvie

* Les renseignements relatifs à ce fonds ont été préparés par l’unité Marchés privés Gestion d’actifs Manuvie d’Investissements Gestion d’actifs Manuvie inc. (IGAMI) et par l’unité d’exploitation Solutions Retraite collectives (SRC) de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers (Manufacturers). Manufacturers est la société mère indirecte d’IGAMI. Étant donné qu’IGAMI n’est pas autorisée à vendre des produits d’assurance ou de rente, les demandes de renseignements à l’égard du Fonds immobilier canadien en gestion commune Manuvie (fonds distinct) doivent être adressées à un représentant de Solutions Assurance et Retraite collectives. Le conseiller en valeurs est Marchés privés Gestion d’actifs Manuvie (Canada) Corp. (MPGAMCC) et le distributeur est Manufacturers.

Voici des précisions concernant ces hypothèses :

Contraintes relatives aux portefeuilles et périodes utilisées pour la modélisation de la frontière efficiente historique

Limites des placements par année
ActifLimite inférieure (%)Limite supérieure (%)Données antérieures utilisées
Terrains forestiers exploitables0100De janvier 1987 à décembre 2016
Terres agricoles0100D’octobre 1996 à décembre 2016
Immobilier canadien0100De janvier 2002 à octobre 2016
Prêts hypothécaires0100De juillet 2006 à juin 2016
Titres de créance de sociétés fermées0100De janvier 2008 à juin 2016

Hypothèses de corrélation – d’après les rendements historiques de mars 2008 à juin 2016

Corrélations entre les catégories d’actif
Catégorie d’actif12345
1 Rendements en revenu - immobilier ($ CA)1,00
2 Rendements en revenu – titres de créance privés ($ CA)–0,081,00
3 Rendements en revenu – titres hypothécaires ($ CA)–0,190,981,00
4 Rendements – terres agricoles–0,49–0,20–0,161,00
5 Rendements – bois d’œuvre–0,17–0,72–0,730,501,00

Toute modification apportée à ces hypothèses pourrait avoir un effet important sur les rendements faisant l’objet du contrôle a posteriori indiqués. Certaines hypothèses ont été posées pour les besoins de la modélisation, et il est peu probable qu’elles se réalisent. Nous ne faisons aucune déclaration et ne donnons aucune garantie quant au caractère raisonnable de ces hypothèses. Nous ne faisons aucune déclaration quant à l’éventualité ou à la probabilité qu’un compte enregistrera des gains ou pertes comparables à ceux qui sont indiqués. Ces renseignements sont fournis uniquement à titre d’exemple.

Le rendement de la simulation est calculé en rétrospective et présente certaines limites. Plus précisément, les résultats issus d’une analyse rétrospective ne représentent pas des opérations réelles et ne tiennent pas compte d’importants facteurs économiques ou de marché dans la prise de décision. Comme les opérations n’ont pas réellement eu lieu, les résultats pourraient avoir diminué ou gonflé l’incidence, le cas échéant, de certains facteurs de marché, comme le manque de liquidité, et pourraient ne pas refléter l’incidence que certains facteurs économiques ou de marché pourraient avoir eue sur le processus de décision. En outre, il est possible de rajuster la méthode de sélection des titres de façon à maximiser les rendements passés. Les résultats réels pourraient donc différer grandement de ces estimations.

1 Bloomberg, au 30 juin 2018.
2 Tout particulièrement dans le cas de l’immobilier, car les locateurs sont habituellement en mesure de répercuter la hausse des prix sur les locataires en augmentant les loyers et de recouvrer les frais d’exploitation. Par contre, l’augmentation des coûts de construction a en général pour effet de limiter l’offre, ce qui peut renforcer les prix des actifs. Ces mécanismes permettent aux rendements des actifs immobiliers commerciaux de croître de concert avec l’augmentation des prix et offrent ainsi une protection. Toutefois, l’efficacité de cet outil de protection en regard de celle d’autres catégories d’actif demeure sujette à débat.
Les placements comportent des risques, y compris le risque de perte du capital. Les marchés des capitaux sont volatils et peuvent considérablement fluctuer sous l’influence d’événements liés aux sociétés, aux secteurs, à la politique, à la réglementation, au marché ou à l’économie. Ces risques sont amplifiés dans le cas des placements effectués dans les marchés émergents. Le risque de change s’entend du risque que la fluctuation des taux de change ait un effet négatif sur la valeur des placements détenus dans un portefeuille.
L’augmentation des taux d’intérêt entraîne généralement la diminution des cours obligataires. Plus la durée moyenne des obligations détenues est longue, plus un portefeuille risque d’être sensible aux fluctuations des taux d’intérêt. Le rendement d’un portefeuille fluctue en fonction de la variation des taux d’intérêt.
Les renseignements fournis ne tiennent pas compte de la convenance des placements, des objectifs de placement, de la situation financière ni des besoins particuliers d’une personne donnée. Nous vous invitons à évaluer la convenance de tout type de placement à la lumière de votre situation personnelle et à consulter un spécialiste, au besoin.
Le présent document est réservé à l’usage exclusif des personnes ayant le droit de le recevoir aux termes des lois et des règlements applicables des territoires de compétence; il a été produit par Gestion d’actifs Manuvie et les opinions exprimées sont celles de Gestion d’actifs Manuvie au moment de la publication, et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d’autres conditions. Bien que les renseignements et analyses présentés dans le présent document aient été compilés ou formulés à l’aide de sources jugées fiables, Gestion d’actifs Manuvie ne donne aucune garantie quant à leur précision, à leur exactitude, à leur utilité ou à leur exhaustivité, et n’accepte aucune responsabilité pour toute perte découlant de l’utilisation des renseignements ou des analyses présentés. Le présent document peut comprendre des prévisions ou d’autres énoncés de nature prospective portant sur des événements futurs, des objectifs, des stratégies de gestion ou d’autres prévisions, et n’est à jour qu’à la date indiquée. Les renseignements fournis dans le présent document, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture, qui évolue au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d’événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d’autres motifs. Gestion d’actifs Manuvie n’est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements.
Ni Gestion d’actifs Manuvie, ni ses sociétés affiliées, ni leurs administrateurs, dirigeants et employés n’assument de responsabilité pour quelque perte ou dommage direct ou indirect, ou quelque autre conséquence que pourrait subir quiconque agit sur la foi des renseignements du présent document. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu’utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d’un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui évaluera leur situation personnelle. Ni Manuvie, ni Gestion d’actifs ManuvieMC, ni leurs sociétés affiliées, ni leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une recommandation, ni un conseil professionnel, ni une offre, ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion d’actifs Manuvie, relativement à l’achat ou à la vente d’un titre ou à l’adoption d’une stratégie de placement, non plus qu’il indique une intention d’effectuer une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion d’actifs Manuvie. Aucune stratégie de placement ni aucune technique de gestion des risques ne peuvent garantir le rendement ni éliminer les risques. À moins d’indication contraire, toutes les données proviennent de Gestion d’actifs Manuvie. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs.
Gestion d’actifs Manuvie
Gestion d’actifs Manuvie est la filiale mondiale de gestion d’actifs de la Société Financière Manuvie (« Manuvie »). Gestion d’actifs Manuvie et ses sociétés affiliées proposent des solutions globales de gestion d’actifs aux investisseurs institutionnels et aux fonds de placement des principaux marchés du monde. Son expertise en placement englobe une large gamme de catégories d’actifs publics et privés, ainsi que des solutions de répartition de l’actif.
Les documents sont diffusés dans les pays suivants par les entités respectives de Manuvie. Canada : Gestion d’actifs Manuvie limitée, Investissements Gestion d’actifs Manuvie inc., Manulife Asset Management (North America) Limited et Marchés privés Gestion d’actifs Manuvie (Canada) Corp. Hong Kong, Australie, Corée : Manulife Asset Management (Hong Kong) Limited, où ils n’ont pas été soumis à l’examen de la HK Securities and Futures Commission (SFC). Indonésie : PT Manulife Aset Manajmen Indonesia. Japon : Manulife Asset Management (Japan) Limited. Malaisie : Manulife Asset Management Services Berhad. Philippines : Manulife Asset Management and Trust Corporation. Singapour : Manulife Asset Management (Singapore) Pte. Ltd. (société inscrite sous le numéro : 200709952G). Suisse : Manulife AM (Swiss) LLC. Taïwan : Manulife Asset Management (Taiwan) Co. Ltd. Thaïlande : Manulife Asset Management (Thailand) Company Limited. Royaume-Uni et Espace économique européen : Manulife Asset Management (Europe) Limited, qui est régie par l’organisme Financial Conduct Authority et habilitée par ce dernier. États-Unis : Manulife Asset Management (US) LLC, Hancock Capital Investment Management, LLC et Hancock Natural Resource Group, Inc. Vietnam : Manulife Asset Management (Vietnam) Company Ltd.
Les noms Manuvie et Gestion d’actifs Manuvie, le logo qui les accompagne, les quatre cubes et les mots « solide, fiable, sûre, avant-gardiste » sont des marques de commerce de La Compagnie d’Assurance-Vie Manufacturers qu’elle et ses sociétés affiliées utilisent sous licence.
472166

Au sujet de l’auteur

Les opinions exprimées sont celles de Gestion d'actifs Manuvie au moment de leur publication et pourraient changer en fonction de la conjoncture du marché et d'autres conditions. Les renseignements présentés dans le présent article, y compris les énoncés concernant les tendances des marchés des capitaux, sont fondés sur la conjoncture des marchés qui changera au fil du temps. Ces renseignements peuvent changer à la suite d'événements ultérieurs touchant les marchés ou pour d'autres motifs. Gestion d'actifs Manuvie n'est nullement tenue de mettre à jour ces renseignements. Tous les aperçus et commentaires sont de nature générale et ponctuelle. Quoiqu'utiles, ces aperçus ne remplacent pas les conseils d'un spécialiste en fiscalité, en placement ou en droit. Il est recommandé aux clients de consulter un spécialiste qui se penchera sur leur situation personnelle. Ni la Financière Manuvie, ni Gestion d'actifs Manuvie, ni aucune de leurs sociétés affiliées et aucun de leurs représentants ne fournissent de conseils dans le domaine de la fiscalité, des placements ou du droit. Les rendements passés ne garantissent pas les résultats futurs. Le présent document a été préparé à titre informatif seulement et ne constitue ni une offre ni une invitation à quiconque, de la part de Gestion d'actifs Manuvie, à acheter ou à vendre un titre, non plus qu'il n'indique une intention de réaliser une opération dans un fonds ou un compte géré par Gestion d'actifs Manuvie.

21474836808
Répartition de l’actif